Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 août 2008 4 07 /08 /août /2008 09:39

NOUVELOBS.COM | 12.06.2008 | 20:05

Une expérience originale prouve que les papillons conservent en mémoire certaines leçons apprises durant leur stade larvaire.

La métamorphose est grand chamboulement dans la vie d’une chenille : bien au chaud dans un cocon, elle se transforme en papillon. Cette étape impose des modifications radicales non seulement dans la forme du corps, mais aussi dans le mode de vie, le régime alimentaire et la perception sensorielle. Du coup, les entomologistes doutent du fait que les associations formées ou les souvenirs appris par la chenille au stade larvaire puissent être accessibles à l'adulte papillon.

 

Des chercheurs de l’université de Georgetown, Washington, viennent pourtant de démontrer le contraire. Ils ont découvert que les chenilles du Sphynx du tabac, un parasite de la plante éponyme, pouvaient être « dressées » pour éviter certaines odeurs en associant ces fragrances à des petits chocs électriques. Soumises à ce traitement, les larves mettent rapidement en place des conduites d’évitement. Comportement qui persiste après la métamorphose, lorsque les chenilles se sont transformées en papillon.

 

Cette découverte est inattendue et surprenante. Cela suppose en effet que le cerveau et le système nerveux central de la chenille, qui sont complètement remaniés, conservent malgré tout de l’information acquise. En outre, les résultats ont aussi des implications écologiques et évolutives. la conservation de la mémoire par le biais de la métamorphose pourrait permettre à une femelle papillon (ou à d’autres insectes) de déposer ses œufs sur la plante hôte dont  elle s'était nourrie au stade chenille, un comportement qui pourrait façonner le choix de l'habitat et éventuellement mener au développement d'une nouvelle espèce.

 

Alors que la plupart des recherches sur l'apprentissage et la mémoire chez les insectes ont été axés sur les insectes sociaux, tels que les fourmis ou les abeilles, l’étude des insectes solitaires est également intéressante. Ils doivent en effet acquérir et retenir une gamme de comportements et de compétences bien plus importante, du fait de leur isolement, pour pouvoir s’adapter à leur environnement.

 

 

Joël IGNASSE

Sciences et Avenir.com

10/032008

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Naturalistes Sans Frontière - dans Environnement
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Naturalistes Sans Frontière
  • Le blog de Naturalistes Sans Frontière
  • : N.S.F, association de protection et de sensibilisation à la nature a pour but de rassembler le plus largement possible afin de travailler concrètement pour la défense des espèces et des milieux naturels.
  • Contact

Archives