Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 octobre 2009 7 18 /10 /octobre /2009 08:18


La LPO organise son 33ème Colloque Francophone d'Ornithogie à la Bibloothène Nationale de France (site François Mitterand).

Dès le samedi à partir de 13h jusqu'au dimanche 18h se succéderont divers ornithos francophones (belges, suisses, algériens et marocains, ...), pour parler de sujets divers et variés touchant à l'ornithologie.

pour s'inscrire, voir les détails sur le site du Corif www.corif.net   

Repost 0
Published by Naturalistes Sans Frontière - dans Ornithologie
commenter cet article
27 septembre 2009 7 27 /09 /septembre /2009 17:07


Un livre que chaque jardinier doit posséder

 

Repost 0
Published by Naturalistes Sans Frontière - dans Le saviez-vous
commenter cet article
3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 18:42

 

Beaucoup de jardiniers ont entendu parler du purin d'ortie, certains en ont préparé et parfois mal employé.
C’est un produit peu coûteux et pourtant efficace.
Au cours de sa fermentation, il peut avoir 2 emplois :
+comme insecticide ou insectifuge pour soigner les plantes
+comme fertilisant afin de donner aux plantes une meilleure résistance aux maladies, activer leur croissance améliorer leur productivité, niais surtout leurs qualités.

 



COMMENT ELABORER UN PURIN D'ORTIE ?

Dans Lin récipient en terre, émaillé, en bois, éventuellement en plastique (jamais dans un fût métallique) mettre 1 kg d'orties piquantes fraîchement cueillies avec 9 1 d'eau de pluie de préférence ou de source (éviter l'eau du robinet trop chlorée) et laisser fermenter de 6 à 21 jours selon la température ambiante.


Ex : 5 à 6 Jours à 30° ? 14 jours à 20° - 21 jours à 5' ? Ces chiffres ne sont qu'approximatifs. C'est la phase de fermentation qui nous intéresse et non la phase de putréfaction. Il faut brasser le mélange tous les jours. Il remonte à la surface une quantité importante de petites bulles. Quand celles?ci ne se forment plus, la fermentation est terminée.

Si l'on emploie la totalité du purin une fois la fermentation achevée, il faut le filtrer grossièrement avant son épandage à l'arrosoir, et avant dilution.

Si tout n'est pas utilisé dans les quelques jours, il faut alors le filtrer avec un vieux rideau fin, ou un collant et le stocker à l'abri de la lumière et du gel dans des bidons plastique bien remplis et fermés hermétiquement.


On peut l'utiliser au bout de 12 heures de fermentation pour lutter contre les pucerons. Dans ce cas, utiliser directement au pulvérisateur uin purin pur bien filtré. Dans les autres cas, il doit être diluer à 5 % pour les arrosages foliaires tous les 5 à 10 jours sur les plantes normalement alimentées en eau. Il est inefficace en cas de sécheresse.


Son emploi sur les solanées, tomates, pommes de terre, est déconseillé. Il est préférable d'arroser au pied de ces plantes, avec une solution d'eau à 20 % de purin.


Comme fertilisant, son emploi à 10 % est couramment conseillé, mais peut atteindre 20 % en épandages comme fumure de fond, avant les plantations.
Comme dans toutes choses, les excès nuisent : les fortes concentrations sont déconseillées, et peuvent aller à l'encontre du but recherché.


Les pulvérisations foliaires fréquentes à 2 ou 3% sont idéales. Le purin d'ortie est riche en azote, pauvre en phosphore, mais sa richesse en fer est exceptionnelle.

La composition varie d'uin purin à l'autre selon l'époque de l'année et du lieu de croissance de l'ortie . Néanmoins, les résultats sur la végétation sont toujours visibles.


En 1981, les expériences de, Rolf PATERSON, chercheur suédois, effectuées en serre, sur substrat neutre, en culture de radis, tomate, blé et orge ayant reçu régulièrement une fertilisation avec du purin d'ortie en comparaison à une solution chimique de composition identique ont prouvé la supériorité du purin d'ortie. L’expérience a duré 2 mois. L'avantage du purin était décelable au coup d'œil, tant la Vigueur des plantes était spectaculaire. Les analyses des récoltes ont montré une production plus grande de matière végétale fraîche, mais aussi de matières sèches. Constatation intéressante, le système racinaire des plantes produites avec cette méthode naturelle, était beaucoup plus développé


PETITS CONSEILS PRATIQUES


La fermentation peut être facilité, si l'ortie est préalablement hachée.
Beaucoup d’entre nous possèdent une tondeuse à gazon. Sur un sol propre, tassé, sans caillou, étendre les orties fraîches sur une faible épaisseur et passer lentement dessus la tondeuse.
Les orties hachées recueillies dans un bac à herbe conviendront très bien pour les plantations de tomates et la confection de purins d'orties.


Pour éviter le filtrage lors de la préparation du purin, l'es orties seront enfermées dans un grand sac plastique tressé dont on ferme la gueule avec une ficelle, à laquelle on fixera une masse lourde : pavé brique, etc ... (pas de métal) afin que le sac reste bien immergé dans l'eau. Au cours de la fermentation, il est conseillé de recouvrir le récipient avec un vieux rideau pour empêcher certaines grosses mouches de pondre sur la macération malodorante très riche en protéines, acides aminés et oligo?éléments favorisant le développement de certains asticots.


CONSTATATION


Il y a plus de 25 ans, une expérience nous a permis de constater, qu'un usage régulier de purin d'ortie dilué, maintenait en parfaite santé une variété de rosier réputée pour sa sensibilité aux taches brunes du feuillage ainsi qu'aux pucerons. Le feuillage restait sain, bien vert et brillant très tard en saison.


Un dernier conseil

Avant d'utiliser ou de détruire toutes les orties de votre jardin, sachez que certains papillons utilisent les orties pour se reproduire !

http://www.nord-nature.org/fiches/fiche_j3.htm

Repost 0
Published by Naturalistes Sans Frontière - dans Le saviez-vous
commenter cet article
17 juillet 2009 5 17 /07 /juillet /2009 17:38
La NSF va participer à la 13ème Nuit européenne de la Chauve-Souris en partenariat avec le Conservatoire des Sites Naturels du Nord et du Pas-de-Calais, la Coordination Mammalogique du Nord de la France, l'Office de Tourisme de l'Ardrésis et de la Vallée de la Hem, la Maison de la Flore et la Commune d'Ardres.



Nous vous invitons à la Nuit Européenne de la Chauve-souris. Des ateliers pour mieux apprendre à connaître ces petits mammifères vous seront proposés l'après-midi (de 15h à 18h). La soirée sera consacrée à une courte projection suivie d'une sortie afin d'observer les chauves-souris sur leur territoire de chasse (de 20h à 23h). Battement libre de 18h à 20h.

 

Venez nombreux à la Nuit Européenne de la Chauve-souris qui se déroulera à 15h00 le vendredi 28 août 2009 à la Chapelle des Carnes d'Ardres. Cette découverte du monde des chauves-souris est très intéressante et gratuite.


Signalez nous votre participation en envoyant un mail à sdevos@aliceadsl.fr.

Repost 0
Published by Naturalistes Sans Frontière - dans Réseau Chauves- souris
commenter cet article
16 juillet 2009 4 16 /07 /juillet /2009 18:42

La NSF est le relais local de la Coordination Mammalogique du Nord de la France (CMNF)

 

Pourquoi un S.O.S. Chauves-souris ?

 

- Si vous avez des chauves-souris dans votre habitation, dans un bâtiment voisin, dans les combles de l’église communale, …

            - Si vous avez trouvé une chauve-souris blessée ou morte dans votre jardin

 

Contactez « S.O.S. Chauves-souris », une équipe à votre disposition pour répondre à toutes vos questions concernant les chauves-souris : soins, aménagements, protection, législation, …

 

- Téléphone : 06.11.25.42.57
- Mail : chauves.souris.5962@free.fr


Laissez un message avec votre nom, votre numéro de téléphone, ainsi que votre commune,
un spécialiste vous rappellera, pour répondre à vos questions et vous proposer des solutions adaptées.

 


Attention !

En aucun cas, ne tentez de saisir une chauve-souris, vous éviterez ainsi tout risque de morsure.

 

Ce que dit la loi : pas touche !!

Toutes les chauves-souris de France (34 espèces) et celles du Nord-Pas de Calais (22 espèces) sont protégées par la loi du 10 juillet 1976. Il est strictement interdit de leur porter atteinte, sous peine d’amendes.

qui est à l’origine de cette initiative régionale
Repost 0
Published by Naturalistes Sans Frontière - dans Réseau Chauves- souris
commenter cet article
15 juillet 2009 3 15 /07 /juillet /2009 19:20

03.07.2009

 
Cette année encore, de nombreux appels signalent à la LPO des destructions de nids d’hirondelles et de martinets : un acte illégal et passible d’une amende allant jusqu’à 9000 euros et de 6 mois d’emprisonnement. Pourtant des solutions existent.


Les martinets et les hirondelles viennent nicher sur les façades des maisons, des immeubles et de tous les bâtiments où il existe des infractuosités. Si leur arrivée fait le bonheur de certains, les salissures que peuvent causer leurs déjections sont jugées désagréables pour d’autres.

Pour régler le problème, des institutions publiques et des particuliers détruisent consciencieusement les nids. Pourtant, que ce soit accidentellement ou volontairement,  un tel acte est parfaitement illégal.

Par ailleurs, on constate que des destructions massives peuvent s’opérer par manque de précaution. Récemment, plusieurs centaines d’hirondelles de rivage ont été anéanties lors d’une opération réalisée par des engins dans une carrière.

La LPO rappelle que  toutes les espèces d’hirondelles et de martinets, des plus communes aux plus rares, sont protégées. Il est donc interdit de porter atteinte aux individus, à leurs nids et à leurs couvées (œufs et poussins).
Tout auteur d’une infraction est passible d’une amende de 9 000 euros et d’une peine d’emprisonnement de six mois.
(Articles L.411–1 et L.415-3 du Code de l’Environnement)

Aujourd’hui, la sauvegarde de ces oiseaux s’avère d’autant plus indispensable qu’ils connaissent un déclin alarmant en France. La destruction des nids reste, avec les pesticides et la profonde altération de leurs habitats, l’une des causes principales de leur déclin. Ainsi, entre 1989 et 2007, les effectifs d’hirondelles rustiques et de fenêtre ont chuté, chacun, de près de 39 %.

Pourtant, des solutions existent pour faciliter une cohabitation harmonieuse de l’homme avec ces oiseaux. Afin d’éviter les salissures sur les façades, il suffit, par exemple, de placer de petites planchettes en-dessous des nids (en vente sur LPO.fr), qui pourront également éviter aux jeunes de tomber au moment du nourrissage.

Malgré toutes ces précautions, si vous êtes témoin d’atteintes portées à ces oiseaux, vous pouvez agir directement. :

> Dans un premier temps, vous pouvez intervenir auprès des personnes responsables en tentant de les sensibiliser à la sauvegarde des nids.

> Si les personnes portant atteinte à ces espèces ne se montrent pas coopératives ou s’il y a urgence, vous pouvez alerter le service départemental de garderie de l’ONCFS (Office nationale de la chasse et de la faune sauvage), la police ou la gendarmerie nationale. Seuls ces organismes assermentés peuvent dresser procès-verbal d’infraction.

> Vous pouvez également avertir la LPO qui pourra tenter une démarche amiable à vos côtés et, le cas échéant, se porter partie civile.

La protection de ces fragiles oiseaux migrateurs participe d’une action citoyenne. Il appartient donc à chacun de nous, sur la base d’une démarche simple et concrète, de veiller à la sauvegarde de ces ambassadeurs du printemps.

Allain Bougrain Dubourg
Président LPO


Repost 0
Published by Naturalistes Sans Frontière - dans Réseau Hirondelles
commenter cet article
14 juillet 2009 2 14 /07 /juillet /2009 16:37


Plus d'un millier de cadavres de chauves-souris ont été retirés dimanche de la gouttière d'un immeuble de Nice dont les habitants, incommodés par l'odeur et de mystérieuses traces de sang, avaient alerté les secours.

Des effluves "pestilentielles", un filet de sang qui s'écoule d'une gouttière: les habitants d'un immeuble du nord de la ville s'imaginaient les scénarios les plus fous lorsque les pompiers sont intervenus, sur leur requête, pour éclaircir la situation, rapporte le journal Nice-Matin.

La surprise a dépassé leur imagination: "sur environ quatre étages de gouttière, plus d'un millier de cadavres de chauve-souris étaient entassés les uns sur les autres dans la canalisation", a raconté à l'AFP Magali Lemercier, bénévole de la Société française pour l'étude et la protection des mammifères, appelée en renfort.

Une situation "exceptionnelle" selon cette spécialiste de l'espèce qui avance une explication: "le bâtiment a récemment subi une désinsectisation et les chauves-souris, qui vivent dans les joints de dilatation des immeubles, ont certainement cherché à fuir. Pour peu qu'elles aient été un peu intoxiquées, elles se sont toutes agglutinées dans cette gouttière qui n'était pas protégée par un grillage".

Seuls trois petits mammifères, deux bébés et un adulte, ont pu être sauvés et recueillis par Mme Lemercier. Après des examens, ces chauves-souris devraient être relâchées dans la nature.

Repost 0
Published by Naturalistes Sans Frontière - dans Réseau Chauves- souris
commenter cet article
13 juillet 2009 1 13 /07 /juillet /2009 17:28

L’association NSF est partenaire de la CMNF (Coordination Mammalogique du Nord de la France) qui est une association pour l’étude, la protection et la sensibilisation aux mammifères sauvages du Nord – Pas-de-Calais.

Notre première opération consiste à inventorier l’ensemble des mammifères présents sur le Calaisis (chauves-souris, rongeurs, insectivores, cétacés, ….).

Une première campagne d’inventaire est en cours. Les efforts sont principalement  concentrés sur les chauves-souris qui sont parmi les mammifères les plus menacés.

 

La NSF participe à l’Atlas régional des chiroptères (chauves-souris) en Nord – Pas-de-Calais de la CMNF.

 

Voici la liste actuelle des espèces de chauves-souris mise en évidence sur le Calaisis :

 

Grand Rhinolophe (Rhinolophus ferrumequinum)

Murin des marais (Myotis dasycneme)

Murin de Daubenton (Myotis daubentonii)

Murin à moustaches (Myotis mystacinus)

Murin de Natterer (Myotis nattereri)

Murin à oreilles échancrées (Myotis emarginatus)

Sérotine commune (Eptesicus serotinus)

Noctule commune (Nyctalus noctula)

Oreillard roux/gris (Plecotus auritus austriacus)

Pipistrelle commune (Pipistrellus pipistrellus)

Pipistrelle de Nathusius (pipistrellus nathusii)

Pipistrelle pygmée (Pipistrellus pygmaeus)

Pipistrelle de Kuhl (Pipistrellus kuhlii)

 

Soit actuellement 13 espèces de chauves-souris sur les 22 espèces recensées à l’échelle régionales par la CMNF.

 

Parmi elles, deux espèces ont une grosse partie de leur population régionale dans le Calaisis :

-          la Pipistrelle pygmée (Pipistrellus pygmaeus)

-          la Pipistrelle de Kuhl (Pipistrellus kuhlii)

 

Et trois espèces sont inscrites à l’annexe II de la « Directive Habitat » :

-          le Grand Rhinolophe (Rhinolophus ferrumequinum)

-          le Murin des marais (Myotis dasycneme)

-          le Murin à oreilles échancrées (Myotis emarginatus)

Repost 0
Published by Naturalistes Sans Frontière - dans Réseau Chauves- souris
commenter cet article
13 juillet 2009 1 13 /07 /juillet /2009 16:02

Lors d’un inventaire effectué au cours de la nuit du 24 au 25 mai 2009, sur la commune de Coulogne, le long des canaux de Calais et de Guînes, un individu de « Murin des marais » a pu être identifiées en chasse au dessus de l’eau avec plusieurs individus de « Murin de Daubenton ». Cela à l’aide d’un détecteur à ultrasons Pettersson D-980 prêté par le bureau d’étude « BIOTOPE ».


Murin de marais


Carte de distribution de l'espèce

 



Il s’agit de l’une des espèces de chauves-souris les plus menacées de disparition en France. Ca disparition progressive du territoire français est en relation étroite avec le recul de la limite méridionale de son aire de répartition. Notre région est la dernière où le Murin des marais est encore observé régulièrement, mais les effectifs sont extrêmement faibles !

 

Cette espèce fréquente principalement les grands canaux pour s’alimenter, sa préservation passe par l’aménagement des berges de ces grandes structures linéaires et par la création d’un réseau de gîtes hivernaux aux abords.

La plantation de haies bistrates le long des canaux, l’aménagement du regroupement de blockhaus présent sur la commune de Coulogne et sa connection avec le canal  serait les trois premières mesures indispensables à mettre en place pour préserver cette espèce dans le Calaisis.

 

De nouvelles sorties seront programmées afin de confirmer la présence régulière de l’espèce sur le Calaisis et dans ce cas découvrir le gîte de mise bas pour suivre l’évolution de la colonie et la protéger.

 

 

 

 

 

Canal de Calais

 

Repost 0
Published by Naturalistes Sans Frontière - dans Réseau Chauves- souris
commenter cet article
13 juillet 2009 1 13 /07 /juillet /2009 15:10

Lors d’un inventaire effectué au cours de la nuit du 07 au 08 mai 2009, au sein du lycée Agricole de Coulogne, deux « Pipistrelle de Kuhl » ont pu être identifiées en chasse au dessus des fossés et des étendues d’eau du site à l’aide d’un détecteur à ultrasons Pettersson D-980 prêté par le bureau d’étude « BIOTOPE ».

 Pipistrelle de Kuhl

 

Carte de distribution de l'espèce



Cette observation est très intéressante, car il s’agit de la première mention régionale pour cette espèce et également la donnée la plus septentrionale d’Europe.

 

La prochaine étape va consister à découvrir le gîte de mise bas pour suivre l’évolution de la colonie et la protéger.


Lycée Agricole de Coulogne




Repost 0
Published by Naturalistes Sans Frontière - dans Réseau Chauves- souris
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Naturalistes Sans Frontière
  • Le blog de Naturalistes Sans Frontière
  • : N.S.F, association de protection et de sensibilisation à la nature a pour but de rassembler le plus largement possible afin de travailler concrètement pour la défense des espèces et des milieux naturels.
  • Contact

Archives